Fin de l'hégémonie de Google en France?

CD-Systems >>> Actualités >>> Fin de l'hégémonie de Google en France?
25 Mai 2018

Avec plus de 90% de parts de marché en France, Google a un quasi monopole. Loin derrière, on trouve Bing / Yahoo en 2nde position. Si la qualité de ces moteurs de recherche est incontestable, leur position dominante est peut être la conséquence de leur paramétrage par défaut sur une écrasante majorité de terminaux (ordinateurs, tablettes, smartphones) commercialisés.


 


Tous les PC Windows sont paramétrés avec Bing par défaut (Bing est le moteur de recherche de la marque Microsoft), ou avec Google car beaucoup d'applications proposent d'installer le navigateur Chrome lors de l'installation. Quant aux tablettes / smartphone Android, elles s'articulent autour des nombreuses applications Google (ce qui explique que Google sait tout sur vous, ce qui a une valeur inestimable). Enfin les produits Apple sont également paramétrés pour utiliser Google par défaut. 


 


Les moteurs de recherches alternatifs ne peuvent exister que si l'utilisateur va expressément modifier le paramètre. Bon nombre d'utilisateurs ne savent pas que c'est possible ou ignorent comment faire. C'est donc la puissance des gros moteurs de recherche (et leurs partenariats avec les constructeurs) qui a rendu au fil des années leur position hégémonique, davantage que le service en lui même.


 


Partant de ce constat, le député ''La République En Marche'' Eric Bothorel a tenté de faire inscrire dans la loi l'obligation pour les constructeurs de proposer le choix dans les moteurs de recherches sur les terminaux. Chacun des utilisateurs pourrait ainsi décider en fonction de la réputation des moteurs, tant sur la qualité des résultats que sur l'utilisation des données personnelles, du moteur de recherche idéal. Ceci permettrait d'équilibrer un peu les choses, donner une meilleurs visibilité aux petits moteurs, qui ne sont pourtant pas dénués de qualités.


 


Après plusieurs mois de travail et de modifications, le texte a été adopté à l'assemblée nationale. Toutefois certaines clauses risquent d'être détournées par les marques pour tenter de passer outre cette disposition.


Auteur: Christophe DEBOUDT