logo cd-systems
image contact cd-systems informatique 03 20 82 69 15

image mail
CD-Systems >>> Actualités >>> Que penser des imprimantes à ''bidons'' d'encre?

Que penser des imprimantes à ''bidons'' d'encre?

18 Avril 2020


Tous les fabricants s'y mettent. Après Epson qui a dégainé le premier, Canon a emboité le pas, et c'est désormais HP qui proposera dans quelques semaines ses premiers modèles à réservoirs remplissables. Si les bidons d'encre semblent tout à fait compétitifs, cela veut il dire que c'est économique? Pas si simple.


Les anciennes générations ont un modèle économique simple: les prix des imprimantes sont sous évalués afin de vendre un maximum de matériels et dégager ensuite des revenus sur les consommables. En montant en gamme, les matériels sont plus onéreux, mais le coût à l'usage devient raisonnable.


Qu'apporte cette nouvelle technologie?



Les coûts à l'usage sont intéressants au delà de 15000 pages, mais qui imprimerait autant avec une imprimante avec des caractéristiques aussi faibles?


 


Il est exagéré d'appeler celà une nouvelle technologie, c'est simplement un nouveau packaging. Le problème des imprimantes n'est pas la technologie mais les méthodes commerciales des constructeurs. Et aucun d'entre eux n'est prêt à se passer des revenus des consommables, alors que se cache t-il derrière ces offres alléchantes?


Il n'est pas nécessaire d'inventer une nouvelle technologie, une simple baisse des prix des consommables ou augmentation des capacités de ceux ci eut été suffisant, mais on ne fait pas changer de matériel sans innovation, alors il faut habiller tout celà, marketer, vendre du rêve.


Pourquoi n'est-ce pas forcément intéressant?


Tout doit être comparé, les coûts, les caractéristiques, les performances. Or, après une étude sur la gamme HP il s'avère que le modèle Smart Tank le plus élevé (359€) a des performances inférieures à un modèle à 129€ de la gamme conventionnelle. Pas de recto verso, écran noir et blanc, bac papier de taille ridicule, et vitesse d'impression très basse.


Certe le coût global de possession devient plus avantageux au delà de 15000 pages mais à qui pourrait s'adresser un tel modèle? Des performances d'un matériel grand public mais qui ne deviendraient intéressantes que si on imprime autant qu'un groupe de travail? Quel particulier imprime plus de 10 000 pages en un temps suffisamment court pour que le matériel ne soit pas obsolète? Quel entreprise peut se satisfaire d'une imprimante lente, sans recto verso, sans scan vers mail?


A y regarder de plus près, cette imprimante ne satisfait pas grand monde. Car oui au delà de 15000 pages elle est plus économique que la gamme OfficeJet Pro, mais a t'elle les capacités pour les faire? Le volume conseillé par le constructeur est très bas comparé à une Officejet Pro. Il n'est pas impossible par conséquent qu'en imprimant beaucoup la tête d'impression ne tienne pas le choc, que les bacs récupérateurs d'encre soient saturés, normal pour une imprimante qui techniquement semble être un modèle entrée de gamme avec des gros bidons et non un modèle robuste taillé pour les gros volumes


Mauvais choix de HP?


Ce que nous constatons sur la nouvelle gamme HP n'est pas unique, les gammes concurrentes (Eco Tank chez Epson et Mega Tank chez Canon) souffrent globalement du même problème, un coût théorique exceptionnellement bas, mais un produit décevant. Les constructeurs ont déplacés les coûts des consommables vers ceux de l'imprimante. Ceci est évident. Comment les constructeurs pourraient baisser les coûts des consommables sans se rattraper par ailleurs?


Bon pour l'environnement?


Des bidons de grande capacité, c'est moins de cartouches, moins de déchets plastiques. Là encore on peut être dubitatif. Certes fini les déchets de cartouches, mais avec ces imprimantes ayant la carrure (et sans doute la robustesse) de modèles d'entrée de gamme, n'allons nous pas jeter lors de leur fin de vie un matériel avec jusqu'à 350ml d'encre à l'intérieur?


Comme déjà évoqué on peut se poser la question si ces matériels sont aussi fiables. Epson en tête justifiait le fait que ses cartouches étaient indiquées comme épuisées alors qu'il restaient encore quelques goutes d'encre par le fait que de l'air ne pouvait en aucun cas entrer dans la tête d'impression. Qu'en sera il avec ces imprimantes? En tout cas ces gammes sont récentes, et il nous est déjà arrivé de remplacer des imprimantes Epson Eco tank qui ne fonctionnaient plus correctement par des modèles à cartouches. Ces clients avaient préféré revenir sur un matériel plus classique, preuve en est que ces nouvelles gammes ne sont pas LA solution et que le prix du consommable ne peut pas être l'unique argument pour convaincre un client.




Auteur: Christophe DEBOUDT