Kaspersky de plus en plus pointé du doigt

CD-SystemsActualités informatiques Kaspersky de plus en plus pointé du doigt
24 Avril 2022

Le 24 février dernier l'armée russe lançait son invasion en Ukraine. Peu à peu l'essentiel des pays condamnaient cette invasion et décidaient de sanctions économiques à l'égard des intérêts russes.


 


Si Kaspersky est une entreprise privée, elle est russe, son siège est à Moscou. Assez vite l'ANSSI (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information), autorité française de référence, a recommandé aux entreprises d'envisager à moyen terme de recourir à une solution de sécurité non russe. L'équivalent allemand est allé un peu plus loin encore en invitant à changer de solution de sécurité sans attendre. Les agences italiennes et britanniques ont communiqué également dans ce sens.


L'agence allemande ne suspecte pas directement Kaspersky d'agir à l'encontre de ses clients, mais évoque qu'elle puisse un jour y être contrainte.


 


Récemment le ministère de l'économie a informé les administrations de "l'interdiction d'attribuer ou de poursuivre l'exécution de tout marché public ou contrat de concession avec des personnes de nationalité russe, ou avec les personnes, organismes ou entités détenues par une personne russe", ce qui condamne l'éditeur Kaspersky dans la sphère publique. Auprès des particuliers la situation n'est guère plus réjouissante, l'appétance pour les produits Kaspersky a clairement baissé. Les grossistes ayant des stocks importants cassent les prix: la guerre est partie pour durer et l'éditeur russe risque d'être blacklisté pour une longue période.


 


 


 


Auteur: Christophe DEBOUDT